Présentation du roman « Les escaliers » d’André Lamontagne

Présentation du roman Les escaliers d’André Lamontagne

Le mardi 26 mai 2015 à 19h
UBC Robson Square, Continuing Studies (salle 1.400, niveau Plaza)

Veuillez vous joindre à la présentation du deuxième roman d’André Lamontagne, Les escaliers, un récit identitaire et historique, lieu de mémoires croisées et d’étranges filiations. Originaire de Québec, André Lamontagne vit à Vancouver et siège au Conseil de la SHFCB ainsi que de plusieurs autres organismes francophones. Professeur titulaire au Département d’études françaises, hispaniques et italiennes de UBC et Directeur du Centre de la francophonie de UBC, il a publié de nombreuses études sur la littérature québécoise et un recueil de nouvelles, Le tribunal parallèle. Son premier roman, Les fossoyeurs, a été traduit en anglais sous le titre The Gravediggers.

Ce deuxième tableau du diptyque Dans la mémoire de Québec nous entraîne dans les arcanes des escaliers de Québec, véritables métaphores de l’ascension sociale et des rites de passage.

Escalier_couverture-194x300

En partenariat avec la Société historique francophone de la Colombie-Britannique

L’école francophone La Passerelle à Whistler doit déménager

D’après un reportage de Samuel Rancourt pour Radio-Canada:

« Après l’École Les Aiglons, à Squamish, c’est maintenant au tour des élèves francophones de Whistler de devoir quitter les locaux qu’ils occupent dans une école anglophone.

L’École La Passerelle, qui loue une partie du bâtiment de la Spring Creek Community School, devra trouver de nouveaux locaux d’ici 2016.

Elle perd une de ses classes dès la prochaine rentrée scolaire. L’école anglophone qui l’héberge veut avoir davantage d’espace pour ses élèves, dont le taux d’inscriptions augmente.

[…] Le CSF n’a pas été en mesure de dire à Radio-Canada si l’École La Passerelle pourra déménager au centre communautaire en 2016. On ignore si le centre est d’accord et s’il y a assez d’espaces pour les 75 élèves inscrits au programme francophone.

L’article est au complet ici: http://goo.gl/urGRgJ

Et voici le lien vers l’École La Passerelle : http://passerelle.csf.bc.ca/

150524_e42mq_ecole-la-passerelle_sn635

Avenir de la fonction publique du Canada

Voici le message d’André Juneau, président de l’IAPC, sur la question de l’avenir de la fonction publique au Canada :

« Au nom de l’Institut d’administration publique du Canada, j’ai le plaisir de lancer un dialogue national sur l’avenir de la fonction publique du Canada. En particulier, nous aimerons axer le dialogue sur de nouvelles approches innovantes d’élaboration et de mise en œuvre de la politique gouvernementale. Le dialogue aidera à répondre à des questions telles que :

  • La fonction publique canadienne est-elle équipée pour faire face à l’émergence de questions de politique plus complexes ?  Sinon, comment pourrait-elle mieux s’équiper ?
  • Qu’avons-nous aujourd’hui comme meilleurs exemples de nouvelles approches innovantes ?
  • Quel sera le rôle à venir des politiques et d’autres instruments, et comment seront-ils élaborés ?
  • Quels sont les obstacles et difficultés à l’innovation rencontrés par la fonction publique et comment peuvent-ils être surmontés ?

Pour soutenir le dialogue national, nous avons mis au point un document de travail sur « L’innovation stratégique ». Nous accueillons vos suggestions et commentaires, et vous encourageons à vous joindre à nous lors de notre congrès annuel se tenant en août à Halifax pour partager les résultats de cet exercice.

Le document de travail est disponible à http://www.ipac.ca/2015-Dialogue et nous vous invitons à soumettre vos commentaires et exemples d’approches novatrices à notre groupe de discussion LinkedIn, qui se trouve à l’îcone LinkedIn ci-dessus et ici : http://linkd.in/1EkeDFr . »

N’hésitez pas à prendre quelques moments pour découvrir ce document, et soumettre vos commentaires et suggestions par l’intermédiaire de leur groupe LinkedIn.

IPAC-200

La SDECB lance le magazine « DOSSIER »

La Société de développement économique de la Colombie-Britannique (SDECB) dévoile sa toute nouvelle publication, le magazine Dossier, destiné à favoriser l’attractivité de l’immigration francophone à l’international.

‘‘L’idée d’un magazine nous permet de faire d’une pierre, deux coups’’. C’est en ces termes que Donald Cyr, directeur général de la SDECB raconte la genèse de ce projet novateur initié en 2014. « D’un côté, la Colombie-Britannique a des besoins pressants en matière de main-d’oeuvre qualifiée; de l’autre, le Canada entend favoriser l’immigration en provenance de pays francophones. Il nous a semblé qu’un magazine destiné aux travailleurs qualifiés francophones permettrait d’atteindre ces deux objectifs complémentaires », poursuit-il.

Le premier numéro de ce magazine biannuel, intitulé Dossier en référence notamment au dossier d’immigration que chaque nouvel arrivant doit rassembler, a été publié en mars 2015, avec une prochaine parution prévue pour l’automne. Disponible à la fois en format imprimé et digital (à l’adresse http://issuu.com/dossiermagazine/docs/dossier_vol1_no1_web), Dossier est principalement destiné aux travailleurs qualifiés en provenance de pays francophones et fera l’objet d’une distribution à quelques milliers d’exemplaires dans ces pays. Le premier numéro comptait 28 pages et il est prévu de doubler ce nombre à compter de la prochaine parution.

En terme de contenu, Dossier entend maintenir un équilibre entre des articles de fond portant sur divers secteurs de l’économie de Colombie-Britannique tout en présentant des portraits de nouveaux arrivants qui témoignent d’une intégration économique réussie. Chaque numéro comportera également un article destiné à illustrer l’exceptionnelle qualité de vie qu’on retrouve en Colombie-Britannique.

« Au fil des numéros, nous comptons démontrer l’énorme potentiel de la Colombie-Britannique en terme d’emplois, histoire d’attirer ceux et celles qu’une aventure dans l’Ouest canadien pourrait faire rêver et ainsi favoriser l’atteinte des objectifs visant à augmenter le nombre d’immigrants francophones de talent en Colombie-Britannique », conclut M. Cyr.

Rapport Houle sur le financement de Radio-Canada

ici-radio-canada-logo

Le rapport dévoilé par les ministres Fournier et Meilleur démontre sans l’ombre d’un doute que Radio-Canada n’a plus les moyens de s’acquitter de son mandat, particulièrement à l’extérieur des grands centres.

  • Entre 1990 et 2014, les crédits parlementaires de CBC/Radio-Canada ont augmenté d’un peu moins de 0,5 % en dollars courants, alors que les dépenses gouvernementales augmentaient de 74 %
  • Si on additionne, d’une part, l’élimination du financement ponctuel du gouvernement pour renforcer la programmation et, d’autre part, l’élimination du Fonds d’amélioration de la programmation locale, c’est plus de 100 millions de dollars en financement public ciblé spécifiquement sur la programmation que Radio-Canada a perdu.
  • Le rapport démontre clairement que c’est la population francophone à l’extérieur des marchés métropolitains qui a perdu le plus avec l’abolition du Fonds d’amélioration de la programmation locale
  • Le rapport dit aussi clairement que si Radio-Canada est confrontée à une crise de financement qui l’amène à faire des coupures qui affectent directement la programmation locale et les effectifs des stations régionales qui desservent nos communautés, cela vient incontestablement de la stagnation des crédits parlementaires que reçoit le diffuseur public, ainsi que de l’élimination du FAPL.

Pour plus d’informations en lien avec le Rapport Houle : http://goo.gl/sz0FfE