Le gouvernement de la province ajoute 5 millions de dollars aux Community Gaming Grants

 

 
Le gouvernement de la Colombie-Britannique verse 5 millions de dollars supplémentaires au programme de subventions issues des recettes des jeux de hasard, qui passera ainsi à 140 millions de dollars annuellement. Ce financement, versé chaque année, permet d’aider les organismes sans but lucratif à offrir les services qui contribuent à l’épanouissement des collectivités partout en Colombie-Britannique.

Le nouveau financement est destiné à des projets d’immobilisations de plus de 20 000 dollars mis en œuvre par des organismes sans but lucratif admissibles. Les critères pour les projets d’immobilisations admissibles au programme de subventions issues des recettes des jeux de hasard ainsi que les dates de la première vague d’inscriptions seront établis et rendus publics d’ici la fin de la présente année financière.

Chaque année, plus de 5 000 organismes sans but lucratif se partagent les subventions issues des recettes des jeux de hasard offertes par le gouvernement de la Colombie-Britannique. Les organismes admissibles peuvent déposer des demandes de subventions dans six catégories : arts et culture, sport, environnement, services sociaux et services à la personne, sécurité publique et conseils consultatifs de parents (y compris les conseils consultatifs de parents auprès des districts).

Citations

Peter Fassbender, ministre des Communautés, du Sport et du Développement culturel –

« Le gouvernement est sensible à l’immense contribution des organismes sans but lucratif de la Colombie-Britannique et est fier de pouvoir investir 140 millions de dollars chaque année dans le cadre du programme de subventions issues des recettes des jeux de hasard. Ce supplément au financement permet d’appuyer le travail d’organismes de toute la province et d’une foule de secteurs – services sociaux et services à la personne, sécurité publique, environnement, arts, sports et conseils consultatifs de parents –, et contribue à bâtir une province plus dynamique et plus forte pour nous tous. »

Shawn Bellamy, président, BC Association for Charitable Gaming –

« Nos membres, qu’il s’agisse d’organismes ou groupements charitables ou d’organismes sans but lucratif, se réjouissent de ce nouveau financement offert par le gouvernement pour les subventions issues des recettes du jeu. Cette aide aux projets d’immobilisations, qui s’ajoute à la révision des directives pour l’octroi de subventions, démontrent bien les efforts de collaboration qui teintent nos relations et la volonté ferme du gouvernement d’engager le programme de subventions issues des recettes des jeux de hasard sur la voie de l’excellence. »

Quelques faits

  • À compter de l’année financière 2017-2018, le gouvernement de la Colombie-Britannique consacrera 140 millions de dollars au programme de subventions issues des recettes des jeux de hasard.
  • Plus de 5 000 organismes sans but lucratif représentant des collectivités de partout en Colombie-Britannique profitent chaque année des subventions issues des recettes des jeux de hasard et peuvent aussi offrir directement des programmes approuvés dans leur milieu.
  • Les organismes admissibles soumettent une demande de subvention issue des recettes des jeux de hasard pour des activités dans six grands secteurs : arts et culture; sport; environnement; sécurité publique; services sociaux et services à la personne; conseils consultatifs de parents et conseils consultatifs de parents auprès des districts.
  • Les subventions issues des recettes des jeux de hasard contribuent à favoriser une meilleure qualité de vie en Colombie-Britannique; elles aident à mettre sur pied des programmes qui répondent aux besoins et aux enjeux locaux, notamment pour des équipes de jeunes sportifs, pour les arts de la scène, pour des festivals et des manifestations culturelles, des initiatives de justice réparatrice, les services de pompiers volontaires et de recherche et sauvetage, des abris pour la faune, des réserves naturelles, des banques alimentaires, des maisons de transition, des centres d’hébergement et des centres de jour, des garderies ou pour l’amélioration des programmes d’activités parascolaires pour les jeunes jusqu’à la 12e année.

Pour en savoir plus :

Pour faire une demande de subvention issue des recettes des jeux de hasard, consultez www.gov.bc.ca/gaminggrants (en anglais).

Renseignez-vous davantage sur le rôle du gouvernement de la Colombie-Britannique dans le soutien aux sports, aux arts et à la culture par l’intermédiaire du Ministry of Community, Sport and Cultural Development à www.gov.bc.ca/cscd (en anglais).
Source : https://news.gov.bc.ca/releases/2017CSCD0009-000304

Célébrons la Semaine du patrimoine avec My Canada! My BC!

 

 

Voici un communiqué diffusé par le gouvernement de la Colombie-Britannique

My Canada! My BC! (Mon Canada! Ma Colombie-Britannique!) est le thème de la Semaine du patrimoine de cette année, qui aura lieu du 13 au 19 février 2017 en Colombie-Britannique.

Soulignée chaque année dans la province, la Semaine du patrimoine offre une occasion de visiter des lieux patrimoniaux, de les célébrer et de commémorer des sites où s’est façonnée l’histoire de la Colombie-Britannique. Au fédéral, la Fête du patrimoine a lieu cette année le 20 février.

La Semaine du patrimoine s’amorce le jour de la Fête de la famille, journée fériée en Colombie-Britannique. Alors, pourquoi ne pas profiter de cette belle fête pour amener toute la famille visiter un lieu patrimonial provincial ou l’un des quelque 2 000 sites historiques que compte la province, et qui figurent au Répertoire canadien des lieux patrimoniaux? Le répertoire est un excellent moyen de se renseigner sur le patrimoine canadien et de mieux en comprendre la richesse. Il constitue également une source unique d’information sur les lieux historiques reconnus pour leur valeur patrimoniale à l’échelle locale, provinciale, territoriale et nationale partout au Canada.

Heritage BC, un organisme de charité sans but lucratif, soulignera la Semaine du patrimoine en faisant la promotion et en soulignant des événements qui auront lieu un peu partout dans la province et qui allient patrimoine, célébrations du 150e anniversaire de la Confédération canadienne et mosaïque de lieux historiques qui racontent l’histoire de la Colombie-Britannique. Pour plus de détails ou pour en savoir plus sur des façons de promouvoir la Semaine du patrimoine dans votre collectivité, consultez www.heritagebc.ca/events (en anglais).

Citations

Steve Thomson, ministre des Forêts, des Terres et de l’Exploitation des ressources naturelles –

« Les sites patrimoniaux de la Colombie-Britannique tels que le Yale Historic Site, Baskerville ou Fort Steele ne sont que quelques-uns des lieux extraordinaires qui ont forgé l’histoire de notre province. Je souhaite rendre hommage aux gardiens de ces sites et aux nombreux bénévoles qui veillent à la sauvegarde de tous les sites historiques de la Colombie-Britannique. »

Quelques faits

  • On trouve dans le registre des lieux historiques de la Colombie-Britannique quelque 3 500 inscriptions de sites historiques reconnus par les gouvernements provinciaux et locaux. Bien d’autres lieux qui ont marqué notre histoire restent encore à répertorier. Pour en savoir plus sur ces lieux, effectuez une recherche dans le Répertoire canadien des lieux patrimoniaux, à www.historicplaces.ca/fr/pages/register-repertoire.aspx.
  • Les édifices, les structures et les sites historiques de la Colombie-Britannique attirent chaque année plus de 200 000 visiteurs, ce qui crée de l’emploi pour les Britanno-Colombiens et permet de soutenir des communautés dans toute la province. Le tourisme patrimonial contribue au produit intérieur brut de la province pour une valeur de plus de 170 millions de dollars.

Pour en savoir plus

Heritage BC : www.heritagebc.ca (en anglais)

Lieux patrimoniaux du Canada : historicplaces.ca

Heritage Branch (direction du patrimoine) : www2.gov.bc.ca/gov/content/governments/celebrating-british-columbia/historic-places/provincial-heritage-properties (en anglais)

C’est le temps des élections au Comité de concertation provinciale!

Les postes du comité de concertation provinciale, en élection pour un mandat de 2 ans, sont les suivants :

  • Représentation de la région du Nord
  • Représentation de la région du Vancouver métropolitain
  • Représentation du secteur de la Jeunesse
  • Représentation de l’Éducation
  • Représentation du secteur de l’Économie

Le poste en élection pour un mandat d’un an est :

  • Représentation du Sud

Exigences :

  • Ouvert à tous les membres des associations francophones admissibles au Programme d’appui aux langues officielles;
  • Provenir du secteur ou du groupe cible ou de la région du poste en élection et participer aux activités du secteur ou du groupe ou de la région;
  • Être francophone résidant en Colombie-Britannique depuis au moins 2 ans;
  • Faire parvenir une lettre d’intention, une preuve d’adhésion à une association francophone incluse dans le secteur ou groupe ou région de la province en élection et pour laquelle vous êtes mis en nomination et un curriculum vitae.

Mandat des membres du Comité de concertation provinciale :

  • Revoir et établir les priorités de développement de la communauté;
  • Évaluer les résultats de l’Entente et le processus;
  • Déléguer la représentation de la communauté à la table communautaire de propositions sur le financement.

Les bulletins de vote ainsi que la liste des postes en élections et les documents pertinents vous seront envoyés deux semaines après la date de fermeture.

Veuillez faire parvenir votre curriculum vitae, votre lettre d’intention et votre preuve d’adhésion à une association francophone d’ici le 17 mars 2017, au

Secrétariat de l’Entente
1575, 7e Avenue Ouest
Vancouver (C.-B.)  V6J 1S1
Téléphone : 604-732-1420/ Télécopieur : 604-732-3236
Courriel : mnholland@ffcb.ca

Pour tous renseignements supplémentaires, veuillez vous référer au Guide pratique de l’Entente de collaboration entre le ministère du Patrimoine canadien et le Mouvement associatif de la communauté francophone de la Colombie-Britannique, ou faites appel à Marie-Noël Holland, Coordonnatrice du Secrétariat de l’Entente, aux coordonnées ci-dessus.

Merci de votre collaboration!

Offre d’emploi FCFA

Passionnés de francophonie canadienne, il est encore temps de déposer votre candidature pour la direction générale de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, l’organisme porte-parole de l’ensemble des personnes qui vivent en français et ont le français à cœur dans 9 provinces et trois territoires au pays. La direction générale de la FCFA offre une opportunité unique d’œuvrer au développement de la francophonie et de contribuer à relever les défis du 21e siècle en matière de langues officielles au Canada. Pour plus d’information sur cette offre d’emploi, cliquez ici.

La FNCSF exhorte Statistique Canada à modifier le questionnaire du recensement canadien afin de mieux évaluer le nombre d’enfants admissibles aux conseils scolaires francophones en contexte minoritaire

Ottawa, le 27 janvier 2017 — La Fédération nationale des conseils scolaires francophones (« FNCSF ») revendique des modifications aux questions du prochain recensement canadien, qui doit avoir lieu en 2021, afin de mieux évaluer le nombre d’enfants admissibles dans les écoles de langue française en contexte minoritaire.

Comme l’ont rapporté certains médias cette semaine, le français comme langue maternelle est en perte de vitesse au Canada, tant au Québec que dans les provinces et territoires à majorité anglophone.
Parmi les causes de ce phénomène, on compte l’immigration anglophone et allophone, mais aussi l’assimilation linguistique causée par l’absence de données qui permettraient une meilleure estimation du nombre d’élèves potentiels et admissibles au système d’éducation en langue française dans plusieurs parties du pays. En effet, pour mettre en place un système d’éducation élémentaire et secondaire qui rejoint véritablement la francophonie canadienne, encore faut-il savoir où elle se trouve et combien nombreuse elle est.
L’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés garantit à trois catégories d’individus le droit de faire instruire leurs enfants dans des écoles de langue française en contexte minoritaire :
1. Les citoyens canadiens dont la langue maternelle est le français ;
2. Les citoyens canadiens qui ont fait une partie importante de leur scolarité au niveau primaire dans une école de langue française au Canada; et
3. Les citoyens canadiens dont l’un des enfants fréquente ou a fréquenté une école de langue française au Canada.
Le recensement canadien est la seule source de données permettant aux conseils scolaires francophones en contexte minoritaire, ainsi qu’aux gouvernements des provinces et des territoires desquels ils relèvent d’évaluer le nombre d’enfants qui sont admissibles aux écoles de langue française. Un grand nombre de décisions importantes, notamment quant à la construction de nouvelles écoles, sont prises en fonction de ces données. Malheureusement, le formulaire actuel du recensement présente un portrait incomplet du nombre d’enfants admissibles à fréquenter ces écoles.
Seule la première catégorie de parents titulaires de droit fait l’objet d’une question du recensement – celle sur la langue maternelle. Pis encore, les données du recensement sous-estiment de façon importante le nombre de parents dans cette catégorie, car la question décourage les individus ayant plus d’une langue maternelle d’indiquer plus d’une réponse. Pour les deux autres catégories, le recensement ne contient aucune donnée sur la scolarité des parents ou de leurs enfants, ce qui rend quasi impossible toute estimation de leurs nombres.